"Affaire Danone" la Fabrique de la confusion






Le roman fleuve de l’éviction d’Emmanuel Faber de la direction de Danone alimente des débats souvent simplistes et parfois surréalistes. Comme souvent chacun voit dans cette crise le triomphe de ses idées, de ses croyances pour ne pas dire sa foi …


Les prophètes en terres de mission dénoncent l’expression de la main de l’affreux Satan capitaliste contre le progrès à travers les fonds prédateurs, activistes, vautours …

Les financiers y voient la preuve évidente que la création de la valeur doit précéder l’expression des valeurs. Celles-ci, porteuses de sens sont devenues une condition nécessaire mais non suffisante du succès moderne en affaires.

Enfin les stratèges d’entreprises y trouvent la confirmation qu’un top manager doit être complétement aligné entre sa pratique personnelle, son management et sa communication. Avoir su construire une aura prophétique de moine-soldat en mission pour le bien commun ne change rien à cette exigence.


Regarder les faits


Depuis quelques mois le départ de deux membres importants de la direction témoigne d’une forte tension managériale. L’annonce d’un plan de réduction conséquent des emplois illustre une phase difficile pour le groupe. Dans ses déboires le PDG a été soutenu par les syndicats de salariés, mais pas par les cadres dirigeants ni par Franck Riboud le dirigeant emblématique. Le ministre de l’économie, si souvent prompt à réagir sur un créneau porteur pour lui est, sauf erreur, devenu aphone s’agissant pourtant d’une des marques françaises les plus emblématiques dans le monde.

Enfin rappelons que les fonds dits activistes « s’invitent » généralement dans un tour de table quand ils y ont décelé des problèmes dont ils peuvent tirer parti. Ils les amplifient certes mais n’en sont pas la cause.


Comprendre de manière « froide et athée »


Pour clarifier cette complexité, un voyage en « Danonie » s’impose avec un temps et une expertise qui font souvent défaut. Souhaitons qu’une telle analyse froide et athée soit rapidement entreprise.

« Athée » pour ne pas être aveuglée par les divinités médiatiques du moment : missions, valeurs, profit, capitalisme, social, actionnaires.

« Froide » pour décortiquer techniquement le projet et son management, analyser scientifiquement la cohérence du triptyque Vision- Stratégie- Management.


Il y urgence pour que « les discussions de café du commerce » n’aient pas raison du statut prometteur d’entreprise à mission mais aussi n’en fasse pas une panacée pour sortir des difficultés ou s’en prémunir … une tentation qui pourrait d’ailleurs chatouiller certains acteurs du monde coopératif ou agricole.


Jean-Marie SERONIE

Agroéconomiste indépendant

Featured Posts
Recent Posts